Twitter FaceBook
Home
xfactor
nov
22
xfactor

img_0649 Beaucoup ont l’image du paradis comme une île parfaite, sable fin, palmiers, eaux turquoises, poissons multicolores et grand soleil…. Bienvenue à Bali ! Julie et moi prenons une décision princessienne et achetons un vol direct de Singapore à Bali afin d’éviter les 30 heures de bateau local que le groupe prévoit de prendre pour rejoindre l’île de Java en Indonésie. Pendant ce temps là, le camion est envoyé directement par bateau en Australie et nous le retrouverons tous à Darwin fin octobre. Nous voici donc à nouveau hors du truck pour quelques jours au paradis, le pied !

Nous démarrons notre découverte de l’ïle par la péninsule du sud et posons nos valises à Padang Padang, petit village à côté du célèbre spot de surf de Ulu Watu. Cette vague est surfée par les plus grands venant du monde entier. Nous découvrons les premières plages magnifiques de l’île, les temples perchés sur des falaises, les processions religieuses toutes les 5 minutes à n’importe quel endroit, les torses parfait des surfeurs et les fameuse « jaffles », spécialités culinaires locales qui me sustentera pendant 15 jours (sandwich de pain de mie grille à la tomate, fromage, jambon, onion et ail).

Nous remontons la côte en direction du nord ouest, et nous arrêtons quelques jours à Seminyak, ville touristique côtière familiale. Les rues ici contiennent plus de magasins qu’à St Tropez, les cours de surf sont remplis de touristes, et le sable se noircit au fur et à mesure (l’île est volcanique). Rien de très intéressant à découvrir ici, à part quelques très agréables lounge club en bord de plage et ma reprise du surf, je préfère tout de même vite déguerpir, les villages à touristes : très peu pour moi.

Je décide donc de louer une voiture afin d’être libre comme l’air. Je trouve un mini 4×4 Suzuki Jimmy pour une bouchée de pain. C’est parti, sauf que ce foutu volant est à droite et qu’ils roulent à gauche, pas facile mais je prend vite le pli. Nous roulons vers la côte Nord ouest de l’île afin d’atteindre Pemuteran en prévision d’une sortie « snorkeling » le lendemain sur l’île de Menjangan. La route est splendide, nous traversons la région des cultures de rizières, dont les terrasses sont classées au patrimoine de l’Unesco. Les villages sont tous de plus en plus typiques et non dénaturés par le tourisme grandissant. La population nous sourit agréablement sur notre passage et nous aide à trouver notre chemin, les panneaux de signalisation sont rares sur l’île et notre carte est loin d’être réellement détaillée.

img_0780

Le « snorkeling » est excellent, les poissons magnifiques, le corail incroyable et le site nous offre une chute dans le grand bleu spectaculaire. Cette journée réveille mes appétits de plongée, mais en attendant, nous faisons route vers le centre de l’île et la région des lacs et des volcans. Le climat est beaucoup plus frais que sur la côte et le beau temps ne dure pas longtemps, après la mi-journée un épais brouillard descend et ne laisse pas grand chose visible.

La vue est majestueuse, les lacs se sont formés naturellement dans les cratères des volcans éteints, tandis que 2 sont toujours en activité. Nous nous levons à 3h du matin afin de marcher jusqu’au sommet de l’un des volcans actif pour admirer le lever du soleil. Malheureusement nous n’avons pas de chance avec les lever de soleil en montagne (rappelez vous Gorak Shep sur l’Everest ) et les nuages se joignent à nous et nous gâchent rapidement la vue. En haut du volcan, notre guide nous fait cuire un œuf grâce à la fumée de la chaleur volcanique. Un peu plus long qu’une casserole mais très bien cuit ! La descente est majestueuse nous offrant une vue sur les plusieurs petits cratères entourant le volcan principal et nous descendons dans des coulées de cendres.

dsc_0100

p1080293

Après cette pause trek, la mer nous manque déjà, et nous repartons cette fois-ci vers la côte Nord -Est de l’île dans le but de rejoindre la région d’Amed, succession de villages de pécheurs et paradis des plongeurs. Nous décidons de plonger le lendemain et suis très excitée à l’idée de faire cela pour la première fois. Amed n’est pas un site de plongée comme les autres, non seulement le corail à voir est splendide et les poissons tous plus jolis les uns que les autres, mais le site détient une merveille, l’épave du USS Liberty, bateau américain coulé par les Japonais pendant la deuxième guerre mondiale. Je suis si impatiente. Le bateau repose sur le fond marin sur son flanc et permet donc des premières vues à 1m jusqu’à 30 mètres de profondeur et mesure plus de 140 mètres de long. Je suis chanceuse, pour ma première plongée, l’instructeur me dit qu’il n’y a aucun problème pour que je plonge sur le pont jusqu’à environ 10 mètres. Moi qui croyait devoir faire 3 jours de piscine d’abord, je suis ravie !

Nous passons plus d’une heure sous l’eau, la sensation est merveilleuse, nous flottons en profondeur, allons jusqu’à 14 mètres, découvrons la première partie du pont à l’arrière du bateau, nous pouvons même rentrer à l’intérieur et nager au milieu des poissons et du corail. Contrairement au « snorkeling » où les poissons sont effrayés car nous sommes en surface, ici ils se mêlent à nous jusqu’à venir nous toucher. C’est extraordinaire. Parmi les centaines de poissons multicolores, nous avons eu la chance de voir 2 barracudas (j’ai cru que c’était des requins de loin et ai bien eu peur) et une raie manta se battant avec un poisson chat. Je pense que Julie est la seule à pouvoir décrire mon visage lorsque je suis sortie de l’eau ! Je n’ai qu’une envie, replonger tout de suite !

img_0903

p1080208

Après ces quelques jours, Julie et moi nous séparons, je file rejoindre le groupe qui est arrivée à Bali afin d’économiser un peu d’argent, tandis que Julie part découvrir les Gilli Islands, à 45 minutes de bateau de Bali, île encore désertées sans aucune voiture, et rien d’autre que des plages de sable blanc à perte de vue et des tortues de mer !

Je fais route vers Kuta, de retour vers la région sud et touristique de l’île. Je suis beaucoup moins excitée car je sais d’ores et déjà que cet endroit est pire que Seminyak, au lieu d’être familial, il ne s’agit que de touristes australiens, bruyants et vulgaires. Je décide donc de garder ma voiture afin de rester libre du groupe, et ne profite que de l’hôtel gratuit.

p1080113

Je me remets à nouveau au surf, étant la seule activité quotidienne de l’endroit, et Arthur s’y met également. Je tiens enfin debout à chaque fois et commence à essayer de tourner mais c’est pas gagner ! Arthur de son côté….. boit beaucoup d’eau ! Après Kuta, nous faisons route vers Ubud, notre dernière destination avant de quitter l’île. Ubud est connu pour être un village local typique, garant de l’art local, avec des galeries aussi nombreuses que les temples, entouré par les terrasses de riz. J’ai été très déçue par l’endroit, qui est à nouveau très touristique, comportant même un Starbucks ! Quel dommage que rien n’est été préservé. Je parcours tout de même les galeries d’art comportant de très belles statues et masques ; Papa tu trouveras ton bonheur ici !

Je passe ma dernière journée à avaler le plus de jaffles possibles, et à buller autour de la piscine de l’hôtel. Bali est splendide et mérite le détour, à condition de sortir des sentiers battus et d’éviter le Sud-Ouest, ravagé par l’expansion touristique.

Adieu Bali my baby,

Bienvenue Australie !!!!

Pauline

xfactor
1:41
xfactor

Ecrire un commentaire

Subscribe RSSxfactor
 
xfactor
profile
The Magic Bus Team
Bienvenue sur le blog de Julie, Pauline et Arthur.
Nous avons choisi de partir vivre en Australie, et plutôt que d'utiliser l'avion et de rater les pays survolés, nous avons préféré partir en bus.
Vous trouverez sur ce blog les récits de nos aventures de Londres à Sydney, de nos rencontres, toutes les photos et vidéos illustrant notre périple, qui vous permettront de suivre nos péripéties.
Bonne lecture...
En savoir plus
xfactor
Designed by Sijé Design